Navigation Menu+

Témoignage de Maud

Je vais essayer de décrire ce que je ressens non pas à l’égard de mon père, mais de l’homme qui soigne. Depuis longtemps, je vois et perçois de grandes choses chez cet être particulier. Il n’est d’ailleurs pas toujours facile d’être la fille d’un « papa guérisseur », puisque nous ne sommes pas à l’abri de son sixième sens. Je me sens même encore plus exposée car il peut voir mes plus grandes failles dans mes moments de faiblesse, et je ne peux l’éviter ou le cacher. Il ne me parlera pas, ne me questionnera pas, et ne jouera pas la carte de l’indiscrétion … Cependant, il travaillera à distance et en silence pour soulager mes maux… Et sans m’en apercevoir, je me sens soudain plus légère et sereine.

Cela peut paraître fou, inexplicable, peut-être même invraisemblable aux yeux d’autrui, mais être au contact d’une personne comme lui au quotidien vous rassure, vous réconforte et vous rend plus fort. Une fois encore, je fais la part des choses en rapportant mon ressenti en tant qu’être humain. Je suis et serai toujours autant surprise de ce que mon entourage peut ressentir à son égard. Lorsqu’il (soigne), travaille et soulage, les personnes se sentent plus vivantes que jamais. Lorsqu’il parle, analyse et comprend (sans soigner au sens large du terme), les personnes se sentent comprises, légères, épaulées. Mon papa, a été doté d’un pouvoir, qu’il a alimenté en connaissances & en techniques, en travaillant d’arrache pied pour que celui-ci soit reconnu. Il est difficile de se différencier et d’être considéré dans ce milieu où il n’est pas toujours facile d’identifier ou de comprendre, car certains sont des gens peu scrupuleux.

Voilà pourquoi, il était important pour moi de vous exprimer mon point de vue, et vous dire à quel point je suis fière d’être la fille de ce « papa guérisseur » qui ira loin car depuis toutes ces années, il s’est donné les moyens d’exister, de pratiquer, et de faire ses preuves auprès de personnes avec des pathologies plus ou moins lourdes, avec des vies au passé plus ou moins douloureux, avec des appréhensions quant au travail pour évacuer et libérer des émotions, angoisses et souffrances …

Longue vie à Thierry, mon papa mais aussi cet homme « espoir ».